Soigner sa réputation en ligne

La pratique est aujourd’hui établie : tout candidat à l’embauche voit son nom « googlé » par son futur employeur. Et si une tâche apparaît dans les résultats, démêlés avec la justice par exemple, le candidat n’aura même pas la chance de pouvoir s’expliquer en entretien. Google s’est déjà occupé de sa réputation…
La logique du web est implacable : tout est indexé, archivé et chaque année, les robots des moteurs de recherche s’enfoncent un peu plus profond dans les bases de données existantes. C’est ainsi que des messages publiés dans les années 1990 sur les « newsgroups », les ancêtres des forums de discussion, ressortent publiquement aujourd’hui, provoquant l’ire des contributeurs d’alors qui n’imaginaient pas que leurs blagues et leurs photos compromettantes ne sortent un jour de leur petite communauté…

Des services dès 9,90€ mensuels

Auparavant réservé à une clientèle fortunée, les services de gestion d’une réputation en ligne, ou e-réputation, se démocratisent. Ainsi, Reputation-squad, une agence parisienne, débute ses prestations à 9,90€ par mois pour les particuliers, 29,90€ par document supprimé de l’Internet.
« C’est très souvent l’ex-petit ami qui publie des photos intimes, ou des insultes sur des forums publics, explique Albéric Guigou, co-fondateur de Reputation-squad. Le but est de trouver une solution à l’amiable avec l’auteur ou l’hébergeur du contenu qui pose problème et de le faire supprimer en faisant valoir le préjudice qu’il génère. »
Si la plupart des sites coopèrent lorsqu’ils sont approchés, la suppression de contenu peut être plus délicate pour des sites hébergés à l’étranger ou lorsque ni l’hébergeur ni l’auteur ne consentent à modifier quoi que ce soit.

Une loi sur le « droit à l’oubli » se prépare

« Dans ces conditions, poursuit Albéric Guigou, la technique consiste à « noyer » le contenu négatif sous un contenu positif, qui remplira les premières pages de résultats des moteurs de recherche. »
« Des nombreuses petits agences se créent et promettent beaucoup, nuance Camille Alloing, consultant spécialiste de l’e-réputation et auteur du blog CaddE-reputation. C’est très difficile de supprimer un contenu négatif sur l’Internet et la technique du « noyage » ne fonctionne pas à tous les coups. En fait, sur le web, on ne peut rien enlever, hormis ce qui est juridiquement condamnable. »
Sur les recommandations de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), une loi sur le « droit à l’oubli » se prépare en France mais à l’heure actuelle, rien, en dehors du droit de la presse classique, ne peut obliger un hébergeur ou un auteur à retirer un contenu.
Le marché de l’e-réputation se structure à peine en France et, selon Camille Alloing, « j’ai constaté la création de cinq fois plus d’agences d’e-réputation en 2009 qu’en 2008. Il faut attendre un peu pour connaître qui sont les sérieux et les autres… »

Les entreprises aussi

Car au-delà des particuliers, les entreprises sont également très intéressées par leur e-réputation. Un créneau sur lequel s’est positionné le Mulhousien Christophe Thil, avec son agence Blue Boat : « Les entreprises se rendent compte qu’elles ont une image sur Internet, explique-t-il, alimentée par des blogueurs et des commentaires d’internautes… La démonstration des premiers résultats de leur marque sur Google suffit en général à convaincre de la réalité d’une e-réputation. Les entreprises veulent reprendre la main, et nous intervenons en leur nom dans les forums et les réseaux sociaux type FaceBook. En fait, c’est une extension de leur relation client, qu’elles externalisent. »
Selon Camille Alloing, « de plus en plus d’entreprises ont recours aux agences pour faire un état des lieux de leur e-réputation et définir une stratégie. Ensuite, elles embauchent quelques personnes et assurent elle-même un suivi. » « Mais aucune stratégie n’empêchera un mauvais produit de se faire descendre sur Internet », prévient-il.

Partager l'article
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Tumblr
  • Twitter
  • Wikio FR