C’est tellement mieux en français

Je ne sais pas qui est chargé de rendre les titres des films étrangers compatibles avec les exigences de notre pays où sévit l’exception culturelle. Ils m’avaient déjà  irrité en renommant « Amreeka » en « Amerrika», ce faisant, ils avaient réussi l’exploit de tuer toute la beauté du titre, qui pointait délicatement comment les arabophones déclinent le nom de cet eldorado convoité.

Mais je dois leur décerner une mention spéciale pour leur dernière trouvaille. Il était en effet difficile de trouver un titre francompatible pour « The boat that rocked », cette histoire d’un navire (boat) qui diffusait de la musique (rock) au large du Royaume-Uni. La plupart des pays ont choisi une dérivation de « radio pirate» mais nous, non.

Nous, on a choisi « Good Morning England ». A l’évidence, « Radio rock» ou « Radio pirate» ne pouvait pas fonctionner…

J’imagine les gens qui siègent au sein de l’espèce de commission de censure chargée de veiller à  ces titres :

  • Censeur 1, l’énarque qui a vu autant de films que Sarkozy a lu de livres : « Bon, the boat that rocked, ça pourra pas le faire, hein ?»
  • Censeur 2, l’attachée culturelle qui visait la commission de financement mais qui n’a pas assez d’appuis et qui, du coup, en ressent une frustration qu’elle exprime à  chaque occasion : « Assurément, les gens ne vont pas comprendre.»
  • Censeur 3, le plus gé de la bande, il a connu l’ORTF et pense qu’il s’agissait du bon temps : « Quoi ? Parlez plus fort…»
  • 1 : « Euh bon, alors comment on peut l’appeler ?»
  • 2 : « Ben, ça parle de quoi ? Ah d’un navire qui diffuse du rock… Mmmmh.»
  • 1 : « Mmmmh.»
  • 3 (se réveillant en sursaut) : « Ah, ça me rappelle 82, avec le bordel des radios libres.»
  • 1 : « Il nous faudrait un titre qui rappelle les radios ?»
  • 2 : « Y’avait ce film « Good Morning Vietnam », avec Robin Williams ?»
  • 1 : « Mmmh, ah ouais, comment on l’avait appelé à  l’époque ?»
  • 2 : « Ben, on avait pas osé toucher au titre, vu qu’il était hurlé plusieurs fois dans le film.»
  • 1 : « Et c’était passé ?»
  • 3 : « La gauche au pouvoir ! Tout passait !»
  • 1, tout fier : « Bon, alors nommons-le « Good Morning England » !»
  • 2 : « Mais c’est en anglais.»
  • 1, pressé : « écoutez, j’ai un déjeuner. On a passé assez de temps sur ce dossier.»

Et voilà . Voilà  comment un film fantastique, groovy et véritable bijou de la petite histoire, passe pour un plagiat de « Good morning Vietnam», qui n’a, du reste, rien à  voir. Au mépris de l’oeuvre.

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • Blogosphere News
  • Netvibes
  • Technorati
  • Tumblr
  • Twitter
  • Wikio FR
  • email
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • viadeo FR